• FR
  • WIE
 

2 projets et études de cas enrichissants en matière d’habitat durable

Outre Le Quartier Durable à Waregem, nous avons encore testé et étudié dans la pratique comment encore améliorer l’habitat durable à travers 2 projets.

Le projet Tetra BEP202

Maison massive passive
Maison massive passive
En septembre 2013 ont été présentés les résultats du projet Tetra BEP2020 intitulé: ‘Performances énergétiques fiables des logements - Pour une performance renforcée et indépendante des utilisateurs’.
 
Ce projet avait pour objectif de préconiser des choix de conception pour parvenir à un bâtiment énergétiquement performant au prix de revient le plus bas. Les solutions proposées sont à la fois robustes et indépendantes de l'utilisateur. L'étude a été réalisée par le monitoring d'un grand nombre de nouvelles constructions résidentielles récentes et en construction. Ainsi que par des simulations pour plusieurs types d'habitations représentatives du parc de nouvelles constructions résidentielles en Flandre.
 
Première constatation importante: la température intérieure maximale dans le living des habitations à structure massive est en général inférieure à celles des habitations à ossature bois.
Des solutions robustes et efficientes en termes de coûts ont également été étudiées sur base de simulations dynamiques probabilistes pour 5 habitations de référence. Pour une même habitation, de nombreux paramètres ont subi des variations dans un modèle théorique:
  • La méthode de construction (massive ou ossature bois)
  • Le type de ventilation
  • Le vitrage
  • L’étanchéité à l’air
 
Chacune des croix sur le graphique ci-dessous suivant correspond à un ensemble de paramètres. En isolant les paramètres relatifs à la méthode de construction, il s’avère que la médiane du pic de température en été est moins élevée pour une construction massive que pour une construction à ossature bois.
 
La médiane peut aussi être lue sur les courbes de distribution cumulative comme la température, située à 0,5 sur l’axe Y. Ces courbes montrent aussi que plus de 80% de toutes les simulations effectuées en construction massive n’atteignent jamais une température de pic supérieure à 27°C, tandis qu’environ la moitié des habitations construites avec une ossature bois dépassent par contre cette température de pic.
 
Pour ceux pour qui le prix de revient constitue un facteur déterminant, le projet Tetra BEP2020 montre en outre que si vous souhaitez minimiser le niveau E d’une habitation déterminée, une construction massive s’avèrera la solution la moins coûteuse. 

Maison massive passive dans les environs de Gand

Maison Massive Passive à Bottelare
Maison Massive Passive à Bottelare
Une maison massive passive dans les environs de Gand a fait l’objet d’une simulation selon 2 méthodes de construction: maçonnerie massive et ossature bois. Et ce, avec les mêmes valeurs U des éléments de construction et les mêmes propriétés volumétriques, soit le même concept. En outre, on a également étudié un scénario avec des valeurs U des éléments de construction modifiées pour atteindre K30.
 
Cette étude a été réalisée par le bureau d’études énergétiques Technum-Tractebel Engineering. Dans l’intervalle, ces simulations ont été confirmées par des mesures effectuées dans la maison massive passive. Le monitoring a été effectué en collaboration avec l’Université Catholique de Louvain (KUL).
 
Simulations énergétiques dynamiques
 
Le graphique ci-dessous montre que les fluctuations de la température intérieure en été sont beaucoup moins importantes dans une maison massive passive que dans une maison passive à ossature bois. Il en ressort que l’inertie thermique d’une maison massive passive influence favorablement le confort de vie en été.
 
La simulation ci-dessus montre clairement que les besoins énergétiques dans une maison massive passive baissent plus rapidement aux intersaisons.
 
Les besoins énergétiques annuels pour le chauffage dans une maison massive passive sont environ 10% moins élevés que pour une maison passive à ossature bois similaire.

Dans l’intervalle, ces simulations ont été confirmées par des mesures sur place.

Monitoring

Les graphiques suivants représentent l’évolution de la température intérieure durant une semaine de juillet pour les diverses pièces de la maison massive passive. Ce graphique reflète une évolution ou un lissage constant de la température intérieure, à l’exception de quelques pics, dont on peut déduire des actions comme l’ouverture d’une fenêtre, une douche prise par l’occupant, la cuisine, la présence d’un lave-linge et d’un sèche-linge (débarras), etc.
 
Nous constatons cependant que, notamment grâce à la capacité de stockage des murs massifs en terre cuite érigés avec des blocs pour murs intérieurs Porotherm, les pics disparaissent et se normalisent rapidement. 
Haut de page