Reference photo new construction single family in Kortemark

La brique sur chant ou l’appareillage vertical

Un bâtiment sera esthétique en l’enveloppant de briques et expressif en créant de la variation dans ces pans de brique. À côté des divers appareillages, des couleurs et de la création de relief, l’appareillage vertical – c’est-à-dire la rotation de la maçonnerie à 90° de telle sorte que les joints continus seront placés à la verticale – constitue aujourd’hui une méthode souvent utilisée pour concevoir des façades expressives.

Mesurage des forces

l’appareillage vertical

Lors de l’application d’un appareillage de maçonnerie vertical, il faudra tenir compte de plusieurs éléments. En premier lieu, la force de cisaillement des joints verticaux continus sera inférieure à la résistance à la compression de la maçonnerie, de telle sorte que les charges seront moins bien réparties qu’avec des joints continus horizontaux. Des essais en laboratoire ont montré que, dans le cas de la maçonnerie verticale, la résistance à la compression équivaudra à seulement 0,30 à 0,50 fois celle de la maçonnerie à joints continus horizontaux.

Les bords forment un autre point d’attention. Tant que ceux-ci sont encastrés contre des murs ou trumeaux rigides réalisés en appareillage horizontal, il n’y aura aucun souci, à l’exception de la résistance à la compression réduite de la maçonnerie verticale. Ce sera par contre différent pour les bords libres, par exemple à hauteur d’angles ou d’ouvertures, car ceux-ci pourront être sujets au flambage.

Assurément pas insurmontable

l’appareillage vertical

Tout cela n’entraînera pas des problèmes insurmontables. Vu la résistance à la compression d’usage (10 N/mm²) des briques et joints réalisés avec un mortier présentant une bonne adhérence, la maçonnerie en appareillage vertical, encastrée entre des pans de mur rigides réalisés avec un appareil horizontal, pourra être érigée sur maximum trois étages (8,60 m). A condition toutefois que le parement soit suffisamment ancré (minimum 6 crochets d’ancrage par m²) à la maçonnerie portante sous-jacente et que cette maçonnerie portante soutienne un sol à chaque étage.

En cas de bord libre, il sera préférable que la hauteur de l’appareillage vertical reste limité, et ce en fonction de la hauteur totale du mur en maçonnerie. Pour une hauteur de mur de 4 mètres, la hauteur de l’appareillage vertical restera de préférence inférieure à 1,50 m. Celui qui souhaite réaliser des appareillages verticaux d’une plus grande hauteur pourra armer les joints verticaux sur les bords avec une armature à placer verticalement dans les joints verticaux et ancrer les bords aux extrémités avec des crochets à linteaux. 

Comme vous pouvez le constater, en respectant quelques règles, vous pourrez nourrir de hautes ambitions en matière d’appareillage vertical.

Toujours au courant

Enregistrez-vous et nous vous avertirons lorsque de nouvelles mises à jour seront prêtes.