Wat met dilataties

Quid des joints de dilatation en maçonnerie de parement?

Les matériaux se rétractent ou se dilatent sous l’influence de différents facteurs, comme les fluctuations de température ou du taux d’humidité. Il n’en va pas autrement pour les matériaux en terre cuite, et donc aussi pour la brique. Bien que les mouvements hygriques de la brique soient négligeables, les mouvements thermiques ne peuvent par contre être négligés. C’est pourquoi il sera nécessaire de prévoir des joints de dilatation dans la façade afin que ces mouvements consécutifs aux variations de température puissent se produire sans provoquer des dégâts à la maçonnerie.

Le meilleur endroit pour réaliser des joints de dilatation et l’écart entre ceux-ci devront être déterminés par l’ingénieur, conformément aux dispositions de la norme NBN EN 1996-2 ANB et aux directives de la STS 22.

L’emplacement des joints de dilatation sera notamment déterminé par la géométrie du bâtiment et dépendra du type de mur, des détails de construction spécifiques et de l’esthétique. L’écart entre les joints de dilatation sera également déterminé par la géométrie du bâtiment et les propriétés de la maçonnerie. L’Eurocode 6 (NBN EN 1996-2 ANB) mentionne un écart maximal de 12 m entre les joints de mouvement (épaisseur du joint de 10 à 15 mm) pour les murs extérieurs non-porteurs non-armés en maçonnerie de briques. A condition de disposer de l’expérience nécessaire et s’il faut remplir certaines conditions, cet écart pourra être accru jusqu’à 18 m. Vous trouverez ces conditions dans la STS 22 et celles-ci seront notamment déterminées par le mortier, la liberté de mouvement de la paroi extérieure du mur creux par rapport à la paroi intérieure, les affaissements dans la maçonnerie (encadrements de portes et fenêtres, profilés, etc.) et l’exposition effective à des fluctuations hygrométriques et thermiques. L’écart entre le joint de mouvement et un assemblage rigide (joint enclavé) revêtira également de l’importance. Cet écart équivaudra à seulement maximum la moitié de l’écart ordinaire entre des joints de mouvement.

En outre, l’utilisation d’une armature de maçonnerie peut faire augmenter jusqu’à 40% l’écart entre deux joints.

Outre des joints de dilatation verticaux, il existe également des joints de dilatation horizontaux. Il est globalement admis que l’écart maximal entre les joints horizontaux de 10 à 15 mm sera de maximum 9 m.

Les joints de dilatation seront laissés ouverts durant l’érection de la maçonnerie puis remplis a posteriori au moyen d’un matériau imputrescible et compressible. Le joint sera finalement colmaté avec un mastic élastique côté visible. Évitez d’appliquer des crochets d’ancrage à moins de 50 cm du joint de dilatation.

Si les lignes verticales des joints élastiques n’ont pas été reprises dans le concept esthétique, elles pourront être ressenties comme des éléments perturbateurs au niveau visuel. Une solution consistera ici à placer ces joints derrière un tuyau de descente d’eau de pluie ou en optant pour une façade ‘en saillie’.

Il ne faut pas confondre les joints de dilatation avec les joints de tassement. Ces derniers sont des joints qui séparent totalement différentes parties contiguës d’un bâtiment. Ils peuvent par exemple s’avérer nécessaires pour compenser les différences de tassement du sol. De telle sorte qu’ils courront sur toute la hauteur du bâtiment, fondations incluses.

Map of dealers

Trouvez des distributeurs près de chez vous